Garantir une meilleure utilisation de nos ressources

En plus des problèmes environnementaux qu’il génère, l’étalement urbain nécessite la construction de nombreuses infrastructures de transports et canalisations pour relier l’ensemble des habitations. En limitant l’étendue urbaine, la densification réduit les frais de mobilité et d’infrastructures à la charge tant des collectivités publiques que des particuliers.

Des coûts d’équipement et d’infrastructures disproportionnés

La démocratisation de l’automobile et l’amélioration des voies de communication ont fondamentalement transformé les modes de vie depuis le début du siècle. En réduisant le temps nécessaire aux déplacements, la voiture et le train ont permis d’aller s’établir de plus en plus loin de son lieu de travail, permettant ainsi de bénéficier de la qualité de vie de la campagne ou des conditions fiscales avantageuses d’une région périphérique tout en conservant son emploi dans les grands centres urbains.

Cette logique génère malgré tout de nombreux problèmes car les infrastructures de transport coûtent cher: la construction et l’entretien des kilomètres de routes, de canalisations ou de réseau électrique nécessaires pour relier les hameaux les plus reculés pèsent de plus en plus sur les finances des collectivités publiques. Ces dernières, très sollicitées dans de nombreux domaines tels que la santé, le social ou l’éducation, peinent à assumer les charges qui leur incombent et n’ont souvent pas d’autres choix que de réduire leurs prestations ou de s’endetter aux dépends des générations futures.

Des coûts de mobilité importants

La mobilité constitue, tout comme les télécommunications, l’un des fondements de nos modes de vies actuels. Chaque jour, nous parcourons des dizaines, voir des centaines de kilomètres pour nous rendre sur notre lieu de travail, pour nos activités de loisirs, pour rendre visite à des amis, pour découvrir de nouveaux lieux ou même pour le simple plaisir de voyager.

Le sentiment de liberté que procure la possibilité de se déplacer sans être limité par les distances constitue indéniablement un élément important de la qualité de vie. Mais quel que soit le système de transport utilisé, la mobilité a également un coût tant financier qu’en termes de temps.

Un habitat dispersé, dans lequel la majeure partie de la population habite loin de son lieu de travail, génère chaque jour de nombreux trajets pendulaires relativement fastidieux dont le coût pèse de plus en plus lourd sur le budget des ménages.

Des coûts cachés considérables

En plus de leurs coûts visibles, tels que les frais nécessaires pour la construction et l’entretien des infrastructures ou pour le carburant utilisé lors des déplacements, les transports routiers génèrent également de nombreuses nuisances qui entraînent des coûts cachés pour la collectivité.

Les accidents de la route, les atteintes à la santé dues à la pollution et les atteintes à l’environnement constituent quelques exemples de coûts, directement liés au système de transport et supportés par les finances publiques. Chaque année ces nuisances génèrent plusieurs milliards de francs de frais à la charge de la société.

En réponse, la densification permet

  • Un développement économiquement supportable. Les coûts d’infrastructure sont maîtrisés. Les reports de charges sur les générations futures, liés à l’entretien et au renouvellement de ces infrastructures, sont limités.
  • La création d’un réseau de mobilité efficace. La mise en services de transports publics performants et la réduction des distances parcourues dans le cadre de nos activités limitent les coûts et le temps nécessaires aux déplacements, permettant ainsi une plus grande flexibilité dans notre organisation quotidienne.
  • La réduction des «externalités négatives» (coûts cachés) dues au système de transports. Les coûts cachés à la charge de la collectivité sont diminués, permettant ainsi, soit de réduire les impôts et les taxes, soit d’affecter ces ressources à d’autres besoins.

La densification est nécessaire pour limiter les coûts de transport, visibles et invisibles, à la charge tant des individus que des collectivités publiques.

Liens pour en savoir plus



Graphiques pour en savoir plus

Figure 1 – Parc de véhicules à moteur routiers

Le nombre de véhicules en circulation a drastiquement augmenté au cours des 70 dernières années (source : OFROU, OFS)

Figure 2 – Coûts moyens des infrastructures de différentes types d’urbanisation

Plus les logements se rapprochent du modèle de la villa individuelle et plus les coûts d'équipement et d'infrastructures sont importants (source : ECOPLAN, ODT)

Figure 3 – Coûts marginaux à long terme de différentes formes de développement de l’urbanisation

Le coût d’entretien des infrastructures sur le long terme est fortement dépendant du type de bâtiment construit et de la densité des quartiers (source : ECOPLAN, ODT)

Figure 4 – Coûts externes des transports routier et ferroviaire en 2009

Chaque année, les transports génèrent environ 9 milliards de coûts cachés (source : ARE)

Figure 5 – Coûts externes des accidents et des dommages à l’environnement pour le trafic voyageur en 2005

Les coûts cachés par passager et par kilomètre générés par les transports privés sont beaucoup plus importants que pour les transports publics (source : OFS)

Une nouvelle manière de vivre l'habitat