Premier pas vers la route du futur - La Côte

La RC1 présente un nouveau visage mêlant transports publics et individuels, en auto, vélo et à pied. Crédit sollicité pour la deuxième partie.

«Requalification». Le mot est dans toutes les bouches des élus et des spécialistes des infrastructures routières depuis plusieurs années. Mais cette fois, c’est fait, le premier des grands projets d’envergure du canton en la matière s’est concrétisé il y a encore peu sur les communes de Saint-Sulpice et Ecublens. Le tronçon de la Route cantonale 1 qui longe le quartier de l’EPFL et Uni de Lausanne a été requalifié. Et inauguré en grande pompe au début de l’été. Mercredi dernier, la Municipalité de Saint-Sulpice a déposé un préavis sollicitant une deuxième tranche de crédit de quelque 739 000 francs afin de contribuer à la réalisation d’un nouveau segment entre l’avenue Forel au coeur de l’Unil et le giratoire de Dorigny. Le coût total de cette deuxième étape est estimé à 9,5 millions de francs.

Un tronçon en guise d’exemple à suivre

Qu’est-ce qui change après une requalification ? Hormis la qualité du revêtement bitumineux – phonoabsorbant en l’occurrence – qui donne l’impression à l’automobiliste de flotter sans bruit sur un beau ruban tout lisse et neuf, c’est l’ensemble de la conception de l’espace public qu’est la route qui a été revue, laissant une part plus confortable à la majorité de ses usagers. Quelque 11,5 millions de francs ont été investis pour ce premier tronçon d’une longueur de 1110 mètres que le Service des routes compte bien présenter en guise d’exemple. La situation de cet axe en plein Schéma directeur de l’Ouest Lausannois (SDOL), son intégration dans le plan d’agglomération lausanne-Morges (PALM), ainsi que sa localisation proche des instituts académiques qui font la fierté de notre pays ont certainement contribué à faire avancer le dossier un peu plus rapidement que dans d’autres régions du canton (lire encadré). Depuis quelques mois, la RC1 laisse une place suffisante aux bus qui disposent de quelques espaces en site propre et surtout d’une priorité à la sortie des giratoires. Au terme de l’ensemble de la refonte de l’axe entre Lausanne et Morges, on compte réduire le temps de parcours de 24 à 18 minutes par ces seules améliorations routières. Quant aux cyclistes, ils ont le choix entre une bande cyclable le long de l’axe routier, plus rapide mais nécessitant un peu plus de vigilance aux ronds-points et un parcours qualifié de bucolique où les «cyclistes lents» et les piétons cohabitent.

Plus belle et moins polluée

Mais on a surtout profité de ce chantier pour améliorer la qualité paysagère des abords de la route, du campus des grandes écoles et surtout de la vision sur le lac. La requalification opérée n’implique pas une augmentation de capacité car l’un des buts poursuivis est aussi la réduction des nuisances en matière de qualité de l’air. Deux mois après l’inauguration officielle de ce premier segment, l’heure est à la demande de crédit pour la suite. Ainsi, l’Exécutif serpeliou a déposé, il y a une semaine, une demande de crédit afin de participer à la facture de la refonte du tronçon est de la RC1.Suivra le secteur entre le carrefour de l’avenue du Tir-Fédéral et la Venoge, attendue d’ici deux à trois ans. Au-delà, c’est Région Morges qui pilote le projet pour le compte des communes territoriales, mais le même genre d’aménagement est prévu jusqu’à l’entrée de la ville de Morges, puis vers Tolochenaz et Saint-Prex.

Didiez Sandoz

D’AUTRES ROUTES ATTENDENT LEUR RELOOKING

Inauguré en grande pompe au début du mois de juillet, quelques mois après son entrée en service, le tronçon de la RC1 n’est pas le seul à accaparer une grande partie de l’attention du service des routes. A l’autre bout de La Côte, la Terre Sainte attend aussi avec une certaine impatience pareil remaniement dans le cadre du développement de l’Agglomération franco-valdo-genevoise. C’est en 2005 déjà que les communes de Mies, Tannay, Coppet et Founex initiaient, avec le soutien du Conseil régional et du Service cantonal de la mobilité les premières études en vue de ce chantier encore à venir. Rapidement, le public a pu découvrir le futur visage de cette route grâce à de charmantes images de synthèse, mais aujourd’hui encore, après quelque 200 000 francs investis dans des études – dont 80% à charge du canton, le reste aux frais de la région – le premier coup de pioche se fait encore attendre. Entre-temps, c’est Prangins qui a suivi le mouvement, s’inspirant du projet entre Mies et Founex. Plus éloignés de la capitale cantonale, il semble que ces dossiers ne risquent pas de se faire flasher au radar, vu leur vitesse de progression plutôt réduite.

News

lundi 08 mai 2017

Bilan d'activités 2016

Le bilan d'activités de Région Morges pour l'années 2016 est désormais disponible. Ce dernier...

lundi 26 septembre 2016

Semaine de la mobilité

En septembre 2016, Région Morges a participé pour la première fois à la semaine européenne de...

lundi 29 juin 2015

Bilan d'activités 2014

Le bilan d'activités de Région Morges pour l'années 2014 est désormais disponible. Ce dernier...

mercredi 25 mars 2015

Région Morges étudie l'opportunité d'un métrocâble

Pour réussir leur densification, les onze communes de la région morgienne ont lancé en janvier...

vendredi 18 janvier 2013

Morges sera un véritable chantier à ciel ouvert

Plusieurs projets immobiliers vont doper la population. La ville comptera 4500 habitants en plus...

vendredi 11 janvier 2013

Un puzzle qui prend forme - Journal de Morges

Le développement de la ville à long terme continue. C’est désormais l’entrée Est de la...

mercredi 09 janvier 2013

Une spécialiste en mobilité engagée - La Côte

Ingénieure diplômée de l'EPFL et auteure d'une thèse consacrée aux transports publics, Regina...

mercredi 31 octobre 2012

Des logements protégés biffés à Préverenges - 24 heures

La Municipalité a dû revoir malgré elle sa copie pour le plan de quartier Petit-Bâle