Un air de montagne en ville - Migros Magazine

Les constructions de transports publics par câble dans les villes d'Amérique latine font aujourd'hui des émules en Europe. Y compris en Suisse romande, où pas moins de quatre projets sont actuellement à l'étude.

On les croyait réservées à la montagne. La preuve, la Suisse compte quelque 300 télécabines, toutes situées en milieu rural. Pourtant, depuis quelques années, des projets au coeur des agglomérations fleurissent. Rien qu’en Suisse romande, quatre liaisons sont projetées dans les villes de Sion, Genève, Fribourg et Morges (lire encadrés). En 2004, le désormais célèbre métrocâble urbain de Medellín (Colombie) a été inauguré. Ce projet a ensuite fait de nombreux émules dans d’autres villes d’Amérique du Sud et même jusqu’au Maghreb. Aujourd’hui, l’Occident est également contaminé par le virus, à l’image de Londres et de sa liaison par télécabine qui surplombe la Tamise, réalisée à l’occasion des Jeux olympiques de 2012. D’ici quelques jours, c’est à Brest que le premier téléphérique de France en milieu urbain sera inauguré et reliera les deux rives de la Penfeld, le fleuve qui scinde la ville. Une construction 100% helvétique, réalisée par Bartholet Maschinenbau, basé à Flums. L’entreprise saintgalloise est d’ailleurs active sur trois autres chantiers de transport par câble dans les villes de Moscou, d’Istanbul et de Kish (Iran).Son principal concurrent, Garaventa, situé à Goldau, est également très actif en milieu urbain. Cet été, l’entreprise schwyzoise inaugurait d’ailleurs le plus grand téléphérique du monde dans le baie d’Along (Vietnam). La bête peut accueillir jusqu’à 230 voyageurs et possède le plus haut pylône de téléphérique du monde, avec pas moins de 188 mètres !

Malgré ce savoir-faire swiss made, comment expliquer que les villes helvétiques n’ont pas encore osé franchir le pas ? «En Suisse, nous sommes habitués à voir des télécabines en montagne, mais pas encore dans un environnement urbain. Parfois, on estime que cette solution est trop simpliste, dans un pays habitué à construire de lourdes infrastructures de transport, à l’image des lignes de chemin de fer et de tram», estime Fernando Simas qui prépare une thèse à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans le but de comparer les projets de télécabines urbaines d’Amérique du Sud et de Suisse. Mais la donne pourrait changer à l’avenir selon l’assistant-doctorant brésilien. Il faut dire que ce mode de transport cumule les avantages : «Il est silencieux, peu polluant, indépendant de la circulation routière, peut être construit rapidement et pour un coût environ cinq à six fois inférieur à celui d’une ligne souterraine de métro, énumère-t-il. Un autre grand avantage, c’est que les voyageurs n’ont pas à se calquer sur un horaire puisque des cabines passent toutes les quelques secondes.» Le grand challenge consiste à intégrer ces nouvelles infrastructures dans les réseaux de transports publics existants. «Contrairement aux installations de montagne, l’usager n’est pas un touriste, mais un citadin dont l’a ttente est de pouvoir se déplacer rapidement d’un mode de transport à un autre, explique-t-il. Les télécabines ne remplaceront jamais les réseaux existants, elles sont conçues pour réaliser ce qu’on appelle ‹le dernier kilomètre›, par exemple de la sortie de la gare principale en ville jusqu’à un quartier en périphérie.» Le débit maximum d’une télécabine est d’ailleurs de 5000 personnes par heure et par sens.

La sécurité compte aussi Du côté de l’association Remontées mécaniques suisses, on voit également d’un bon oeil les projets dans les villes suisses. Même si plusieurs défis sont encore à relever avant de voir des télécabines survoler nos cités. «Il s’agira de résoudre certains obstacles juridiques, notamment en termes de droit de passage et de sauvegarde du paysage naturel et urbain, note Sylvie Schneuwly, porte-parole pour la Suisse romande. Cela posera aussi des questions de sécurité, dans le cas où par exemple un incendie se déclarerait sous la ligne de télécabine ou si une intervention par hélicoptère était nécessaire pour évacuer une cabine.» Au final, c’est la population qu’il faudra réussir à convaincre pour que ces projets puissent aboutir. Les riverains sont-ils prêts à voir passer une télécabine au-dessus de leur quartier ? «Les nouvelles liaisons en Suisse sont construites sous terre, comme le métro M2 à Lausanne ou le tunnel de base du Gothard. C’est dommage, on ne voit plus les magnifiques paysages helvétiques. Les télécabines viendront peut-être combler ce manque», sourit Fernando Simas

Vaud : de Morges à Tolochenaz

La plus belle vue sur le Léman


Bus ou téléphérique Ces deux variantes sont actuellement étudiées par l’association Région Morges, les politiciens et les transports publics Morges-Bière-Cossonay (MBC) pour relier Morges et Tolochenaz à l’horizon 2030. «Nous étions d’abord partis sur l’idée d’un téléphérique de 35 places, parce que nous voulions que le mode de transport choisi soit le plus proche de l’image que l’on se fait des transports publics en ville, indique Regina Witter, ingénieur mobilité à Région Morges. Mais il est possible que nous options au final pour un système de télécabines d’environ 10 places. Une infrastructure moins chère, car moins lourde et nécessitant moins de pylônes.»

Il s’agit d’abord de déterminer si un transport par câble est réellement la solution la plus adaptée. «Peut-être pourrait-on assurer la même desserte par des bus, poursuit-elle. Mais l’aménagement de nouvelles voies réservées, de systèmes de priorité aux carrefours, ça coûte aussi beaucoup !»

Si le transport par câble s’est avéré une option, c’est que la future ligne devra franchir l’autoroute A1 et la ligne de chemin de fer. «Ces obstacles devront être survolés à une hauteur suffisante pour ne pas gêner le trafic ni distraire les automobilistes. Selon nos projections, le trajet de Morges à Tolochenaz pourrait durer seulement huit minutes.»

A l’heure actuelle, la ligne projetée partirait de la gare de Morges, une station intermédiaire serait construite dans l’écoquartier de La Longeraie, et le terminus serait dans l’ancienne zone industrielle du Molliau, où il est prévu d’accueillir 2000 nouveaux habitants. «Avant de commencer tout projet, il faut que nous soyons certains que les projets immobiliers de ces deux zones se concrétisent, précise Regina Witter. Je ne pense pas que nous serons la première ligne de télécabine urbaine à voir le jour en Suisse...» Une place qui n’est d’ailleurs pas forcément à envier, puisqu’il faudra aussi mettre en place un cadre législatif inédit au niveau de la Confédération.

Articles de presse

mardi 04 juillet 2017

Vélos high-tech à se partager - La Côte

Lausanne - Morges - Le réseau de cycles en libre-service se réinvente. De quoi satisfaire les...

mardi 14 février 2017

Contournement, la route sera longue - La Côte

Forta débloque les fonds pour la création du tronçon Aubonne - Villars-Sainte-Croix. Le point...

lundi 19 décembre 2016

Vincent Jaques présidera la région - La Côte

Vincent Jaques, syndic de Morges a été élu à l'unanimité président de Région Morges, jeudi 8...

vendredi 07 octobre 2016

Le PALM 3e génération est en consultation - Journal de Morges

Dévoilée, la 3e génération du PALM est en consultation jusqu'au 30 octobre.

vendredi 30 septembre 2016

Une voie verte pour la région morgienne

Saint-Prex - Région Morges a organisé Mobil'Fun dans le cadre de la Semaine de la mobilité -...

lundi 26 septembre 2016

La 3e mouture du projet d'agglo Lausanne-Morges est mise en consultation - La Côte

Planification - Le PALM 3e génération est mis en consultation ce jour. Questionnaire en ligne...

vendredi 16 septembre 2016

Une voie verte réservée aux tortues à deux-roues - 24Heures

Une future piste cyclable entre Denges et Saint-Prex sera présentée dans le cadre de la Semaine...

vendredi 15 juillet 2016

Chigny - Un nouvel étang devrait voir le jour - La Côte

Un projet de développement durable favorise la réinstallation d’un écosystème dans la...