FORTA : Débat public organisé par la Ville de Morges

Le 12 février prochain, le peuple suisse sera amené à se prononcer sur la création d’un nouveau fonds dédié aux routes nationales et au trafic d’agglomération (FORTA). Afin de mieux comprendre les enjeux de cette votation, la Ville de Morges a organisé, le 18 janvier dernier, une soirée de débat public sur ce sujet. Et c’est devant une salle comble que les différents invités ont pu exprimer, pendant près d’une heure trente, leur soutien ou leurs doutes vis-à-vis du projet proposé.

Du côté des partisans, la large alliance composée du Conseiller aux Etats Olivier Français (PLR), du Conseiller d'Etat genevois Luc Barthassat (PDC), de la Conseillère d'Etat vaudoise Nuria Gorrite (PS) et du Syndic de Morges Vincent Jaques (PS) a défendu les avantages du projet. Elle a notamment insisté sur la recherche d’équilibres qui caractérise selon elle la solution proposée. Equilibre entre la route et le rail dans le but de développer des solutions de mobilité complémentaires. Equilibre entre les régions centrales et les périphéries visant à « apaiser la guerre des transports » qui sévit depuis de nombreuses années en Suisse. Enfin, équilibre des financements avec une hausse modérée de la taxe sur l'essence accompagnée d’une réaffectation d'une partie des taxes routières aujourd'hui dévolues à d'autres tâches.

Selon Olivier Francais, artisan du compromis décroché au Parlement, seule une solution équilibrée telle que celle proposée permettra de convaincre une majorité du peuple après l'échec de la votation sur la vignette autoroutière.

Face à cette alliance, la Conseillère nationale Lisa Mazzone et le Député vaudois Raphaël Mahaim (Verts) ont défendu "une autre conception de l'équilibre". Ils ont notamment mis en garde contre les moyens, disproportionnés à leurs yeux, mis à disposition de la route avec ce nouveau fonds. Ils ont également insisté sur la nécessité de ne pas augmenter la capacité du réseau routier sous peine d'accentuer les problèmes de trafic. Enfin, ils ont dénoncé un tour de force des lobbys routiers qui, dans le cadre des débats parlementaires, ont réussi à obtenir des concessions qu’ils jugent trop importantes.

Malgré leurs divergences, les deux camps ont souligné l’importance des CHF 390 millions par an qui seront attribués aux agglomérations. Ainsi, qu’on soutienne le projet, qu’on le juge perfectible ou au contraire inacceptable, tout le monde semble conscient qu’il est crucial de trouver rapidement des solutions pour améliorer les infrastructures dans nos agglomérations. Ce à quoi Région Morges, et le projet d’agglomération Lausanne-Morges, s’emploient depuis près de 10 ans.

Newsletter

mercredi 18 janvier 2017

Quelles conséquences pour la région morgienne ?

L’acceptation - ou le refus - de FORTA aura des conséquences importantes sur la gestion de...

mercredi 19 octobre 2016

Région Morges a participé pour la première fois à la semaine européenne de la mobilité

Afin de promouvoir le futur aménagement « voie verte* », Région Morges a choisi le thème de la...

mercredi 19 octobre 2016

Les résultats de l’étude « TP 2030 »

En juin 2016, les communes, le Canton et les MBC se sont mis d’accord sur la stratégie...

mercredi 19 octobre 2016

Le PALM 2016 : mis en consultation publique

Du 26 septembre au 30 octobre 2016, un questionnaire en ligne est disponible afin de permettre à...

jeudi 20 octobre 2016

Nouveaux représentants au GROPIL et délégués au GT à Région Morges

Région Morges a le plaisir d’accueillir de nouveaux représentants à son groupe de pilotage «...

jeudi 31 mars 2016

Les communes de Région Morges signent leur projet de territoire !

A l’étude depuis plus de 4 ans, le projet de territoire de la région morgienne est désormais...